Sur la thèse marxienne de la paupérisation absolue

« [Les prédictions de Marx], telles l’accroissement du taux d’exploitation ou la paupérisation, ne se sont pas réalisées [1] » écrit Cornelius Castoriadis, anarchiste, pour discréditer le marxisme. Ainsi le raisonnement de Marx « s’effondre avec l’hypothèse que le niveau de vie réel de la classe ouvrière reste constant dans le temps [2] ».

Bien que la paupérisation absolue est évidemment un trait du capitalisme (que l’on peut constater de nos jours) Karl Marx n’a jamais dit qu’il était impossible pour les travailleurs de s’enrichir d’un point de vue absolu lors des périodes favorables du capitalisme, mais que cela supposait un accroissement des inégalités et l’élargissement du fossé entre producteurs et capitalistes, donc une paupérisation relative. Dans Travail salarié et capital, Marx écrit :

« Lorsque le capital s’accroît, la masse du travail salarié grossit, le nombre des ouvriers salariés augmente, en un mot : la domination du capital s’étend sur une masse plus grande d’individus. Et supposons le cas le plus favorable : lorsque le capital productif s’accroît, la demande de travail augmente. Donc le prix du travail, le salaire, monte.

Une maison peut être grande ou petite, tant que les maisons environnantes sont petites elles aussi, elle satisfait à tout ce qu’on exige socialement d’une maison. Mais s’il s’élève à côté de la petite maison un palais, voilà que la petite maison se ravale au rang de la chaumière. La petite maison est alors la preuve que son propriétaire ne peut être exigeant ou qu’il ne peut avoir que des exigences très modestes. Et au cours de la civilisation, elle peut s’agrandir tant qu’elle veut, si le palais voisin grandit aussi vite ou même dans de plus grandes proportions, celui qui habite la maison relativement petite se sentira de plus en plus mal à l’aise, mécontent, à l’étroit entre ses quatre murs.

Une augmentation sensible du salaire suppose un accroissement rapide du capital productif. L’accroissement rapide du capital productif entraîne une croissance aussi rapide de la richesse, du luxe, des besoins et des plaisirs sociaux. Donc, bien que les plaisirs de l’ouvrier se soient accrus, la satisfaction sociale qu’ils procurent a diminué, comparativement aux plaisirs accrus du capitaliste qui sont inaccessibles à l’ouvrier, comparativement au stade de développement de la société en général. Nos besoins et nos plaisirs ont leur source dans la société; nous les mesurons, par conséquent, à la société ; nous ne les mesurons pas aux objets de notre satisfaction. Comme ils sont de nature sociale, ils sont de nature relative. [3] »

Il continue :

« Même la situation la plus favorable pour la classe ouvrière, l’accroissement le plus rapide possible du capital, peut améliorer la vie matérielle de l’ouvrier, mais ne supprime pas l’antagonisme entre ses intérêts et les intérêts du capitaliste. Profit et salaire sont, après comme avant, en raison inverse l’un de l’autre.

Lorsque le capital s’accroît rapidement, le salaire peut augmenter, mais le profit du capital s’accroît incomparablement plus vite. La situation matérielle de l’ouvrier s’est améliorée, mais aux dépens de sa situation sociale. L’abîme social qui le sépare du capitaliste s’est élargi. [4] »

« La doctrine de Marx est toute puissante, parce qu’elle est juste [5] », cette citation de Lénine est toujours largement d’actualité.

img005888

Allégorie socialiste sur Marx – 1892. Eugène Richter (1838-1906) fut député libéral au Reichstag et auteur de pamphlets contre le socialisme.

Notes :

[1] : Cornelius Castoriadis, Le projet d’autonomie, éd. Michalon, 2000, p.29
[2] : Cornelius Castoriadis, Capitalisme moderne et révolution, II, éd. 10/18, 1979, p. 206
[3] : Karl Marx, Travail salarié et capital (1849), in Œuvres, I, éd. Gallimard – La Pléiade, 1963, p. 216-217. Disponible en version numérique, p.16
[4] : Karl Marx, Op.cit, p.221. P.19 pour l’édition numérique
[5] : Lénine, Les trois sources et les trois parties constitutives du marxisme, 1913. Disponible ici

Dernière mise à jour : 29/11/2014

Publicités
Cet article, publié dans Capitalisme, Economie, Marxisme, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s