Les mensonges historiques de Khrouchtchev dévoilés !

Qui ne connait pas le rapport Khrouchtchev ? Ce fameux rapport qui le 25 février 1956, au XXème congrès du PCUS (Parti Communiste de l’Union Soviétique) dénonce avec véhémence les années de terreur qui touchèrent la Russie sous la direction de Joseph Staline, qui dénonce le culte de la personnalité et les purges qui frappèrent des milliers d’innocents pour satisfaire la paranoïa d’un homme et sa volonté d’accaparer le pouvoir. Le discours devant les délégués et le Rapport secret dont il est tiré fut un raz de marée pour les communistes du monde entier, mettant fin à l’esprit de conquête et abattant le moral des plus endurcis. En effet, comment des hommes et des femmes, épris de justice et de progrès, ont-ils pu suivre aveuglément un monstre avide de pouvoir ? Le grand dirigeant de l’URSS qui guida son pays dans la lutte et la victoire, incontestée à l’époque, contre le fascisme était adulé par tous, l’Union Soviétique un espoir pour les travailleurs et les peuples opprimés du monde entier.

Grover Furr (au centre) en conférence devant les communistes espagnols

Dans ce livre publié aux éditions Delga, éditeur spécialisé dans la philosophie, l’histoire et l’analyse marxiste de la société, bien connue des lecteurs assidus  d’Une graine dans un pot (Le langage de l’Empire de Domenico Losurdo, Aux origines du carcan européen d’Annie Lacroix-Riz), Grover Furr, professeur a la Monclair State University, analyse point par point le Rapport secret aux vues des sources aujourd’hui disponibles. Le constat est accablant. Quand Khrouchtchev ne ment pas, il déforme la vérité, il omet les faits…

Ce livre très long (plus de 400 pages) est divisé en deux parties, la première partie est consacrée à éplucher le rapport de Khrouchtchev et la seconde moitié correspond aux sources. Donc 200 pages de sources provenant des messages de Staline à ses collaborateurs, des notes des services de sécurité. De nombreuses autres sources sont données sous forme de lien vers des documents consultables sur son site ou sur celui des différentes archives en Russie (certains documents sont traduits en anglais et d’autres en russe).

Fameuse photographie de Ejov (à la gauche de Staline), chef du NKVD durant une période de répression particulièrement meurtrière.

Le cas de Nicolaï Ivanovitch Ejov, chef du NKVD (ancien nom du KGB, service de police et de sécurité en URSS) de septembre 1936 à novembre 1938 est l’un des cas intéressant. Ejov, Commissaire du peuple aux affaires intérieures (équivalent de notre ministre de l’intérieur) est donc par extension chef du service de sécurité de l’Union soviétique avait été poursuivi pour trahison. Les dernières sources disponibles tendent à accréditer la thèse retenue par le gouvernement soviétique, celle d’une conspiration visant à le renverser. Lui, comme de nombreux dirigeants de premiers plan des services de sécurités, de l’armée rouge (affaire Toukhatchevski) et des instances dirigeantes du PCUS ont été recrutées par l’Abwehr, le service d’espionnage de l’armée allemande, notamment avec le concours de de Trotski et de ses partisans. Le but, très clair, était un coup d’Etat qui devait renverser le gouvernement. En échange les conjurés devaient livrer l’Ukraine à l’Allemagne (déjà un enjeu à l’époque, comme quoi, rien de neuf).

Lavrenti Pavlovitch Beria, principal bouc-émissaire du Rapport secret et première victime des luttes de pouvoir à la mort de Staline en 1953.

Comme vous l’avez compris, pour Grover Furr, pas question de se laisser tenter par la facilité. Son livre, bien documenté, est une vraie œuvre de recherche, tout ce qui y est énoncé est appuyé par des sources, ce qui fait actuellement cruellement défaut dans l’historiographie dominante.

Lien vers le site de Grover Furr : http://msuweb.montclair.edu/~furrg/

Lien vers les éditions Delga : http://editionsdelga.fr/

Intervention de Grover Furr sur les mensonges de Khrouchtchev (en anglais désolé, mais assez compréhensible je pense, mon anglais n’est vraiment pas bon et je comprends à peu près) :

Source : http://unegrainedansunpot.com/2014/12/03/khouchtchev-a-menti-mensonges-et-trahisons-au-pays-des-soviets/

Après de longues années de recherches historiques Grover Furr nous apporte sa conclusion dans ce livre qu’il a publié pour la première fois en 2011, traduit en français en 2014 dans le silence absolu des médias, il a publié d’autres livres et articles traitant de sujets proches. Si les recherches et les relais de travaux déjà bien documentés d’auteurs comme Ludo Martens ou Mikhael Kilev ne suffisent pas, le professeur Furr apportent peut-être la pierre ultime à l’édifice.

Le néo-conservateur Joseph Horowitz a classé Glover Furr parmi les « 101 universitaires les plus dangereux des Etats-Unis », aux côtés de personnalités comme Angela Davis et Noam Chomsky. Voici l’entretien qu’il a accordé à Carl Miller : Jeunesse Communiste Marxiste-Léniniste de Pau.

Publicités
Cet article, publié dans Histoire du communisme, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s