Un programme de transition vers le communisme en France

I) La question de la propriété

1. Nationalisation par expropriation de l’essentiel des entreprises productives dans les domaines suivants :

– exploitations agricoles,

– exploitations forestières et minières,

– production industrielle et production d’énergie,

– réseau de transports (routiers, ports, aéroports, ligne ferroviaires, etc…),

– réseaux de communications (lignes téléphoniques, serveurs, satellites, antennes d’émissions/réception, etc…),

– réseaux de transports de l’énergie,

– entreprises de recherche scientifique,

– grandes sociétés de production du bâtiment et sous traitants, etc…

– terrains constructibles, habitations vides depuis un certain temps, terrains en friche,

– banques et sociétés de financement, assurances, mutuelles, etc…

– médias et sociétés d’informations, de « sondages », d’opinion, etc…

– expropriation des paradis fiscaux, mise en prison des personnes mises en cause dans ces transferts de capitaux dissimulés.

2. Concernant la propriété immobilière :

– arrêt immédiat des remboursements mensuels pour les crédits immobiliers, fin des crédits,

– accès immédiat à la propriété du logement pour tout locataire,

– interdiction de vendre son logement ou d’acheter un logement.

3. La « petite propriété » et la « petite entreprise » :

– nationalisation par expropriation des entreprises de plus de 5 salariés,

– interdiction du statut « d’auto-entrepreneur » pour les salariés, fin du statut « d’auto-entrepreneur »,

– nationalisation des franchises,

– lutte active contre les petits trafics, en particulier les trafics de drogues, arrestation immédiate des mafias et dissolution des organisations criminelles,

– interdiction de la rente privée dans toutes les entreprises.

II) La question de l’Etat

1. La structure de l’Etat :

– renvoi immédiat des officiers supérieurs de la police, de l’armée, des services de « sécurité », des hauts fonctionnaires, des techno-gestionnaires, et des cadres supérieurs dans les entreprises, etc…

– interdiction des milices privées, des mafias, etc…

– mise en place d’un pouvoir centralisé de répression contre l’ancienne oligarchie capitaliste, un comité de salut public contre les organisations pro-bourgeoises existantes et les conspirations, notamment placer sous contrôle les quartiers bourgeois ou d’affaires (« La défense », certains quartiers de Paris et de banlieues, ou d’autres villes),

– contrôle strict des frontières : terrestre, aériennes, maritimes ; interdiction modulée d’entrer et de sortir du territoire pour les personnes et contrôle strict sur l’entrée et la sortie de marchandises ; suppression des flux bancaires et de capitaux par le contrôle physique et informatique des serveurs et l’expropriation des banques,

2. Le financement de l’Etat :

– financement direct par les entreprises nationales

– arrêt progressif des impôts directs (TVA en particulier), des impôts aux particuliers en dessous d’un certain seuil, progressivité des impôts aux entreprises non nationales en dessous d’un certain seuil,

– expropriation du grand capital et des fortunes privées personnelles,

– réquisitions si nécessaire en cas de crise ou de besoin urgent, priorité au fonctionnement de l’état,

– annulation de toutes les dettes, emprunts faits par le passé, par simple annulation et par la nationalisation des banques expropriées.

3. Indépendance et position internationale :

– sortie immédiate de toutes les structures telles que : l’OTAN, l’UE, l’OCDE, le FMI, etc…

– contrôle exclusif de l’état sur la création monétaire, sortie de « l’euro », mise en place d’une monnaie transitoire non numérique,

– mise en place d’une armée populaire moderne, que ce soit dans le secteur de l’aviation, de la marine, de l’espace, des missiles, ou de l’armement des soldats,

– sortie la plus rapide possible du commerce international par les transformations du système de production (fin des importations et des exportations au maximum)

– arrêt de l’exploitation des entreprises situées à l’étranger et des néo-colonies, notamment en Afrique, arrestation des éléments qui servent à financer les guerres, les services secrets, notamment à l’étranger et les milices en tout genre,

– mise en place de relations diplomatiques privilégiées avec les pays qui le souhaitent, reconnaissance immédiate des républiques populaires d’Ukraine également,

– positionnement contre les guerres, contre l’impérialisme, défense contre toute intervention étrangère sur le territoire.

III) Transformation des forces productives, travail

1. Planification de la production, du travail et éducation :

– utilisation des moyens informatiques modernes pour planifier et gérer l’administration centralisée de la production, mais aussi pour faire des prévisions fiables et prendre en compte un nombre très grand de paramètres et de décisions à prendre,

– mise en place de plans quinquennaux et d’objectifs à long terme dans la production,

– interdiction des lois du marché (profit, concurrence) dans les secteurs nationaux, développement harmonieux des forces productives via un plan commun

– investissements massifs dans les ressources renouvelables pour assurer la transition énergétique, ainsi que dans le recyclage,

– garantie légale du plein-emploi,

– socialisation toujours accru des moyens de production, contrôle démocratique sur les prises de décisions et sur les objectifs de la production, création progressive d’une classe ouvrière très hautement qualifiée et cultivée visant à supprimer les différences entre le travail intellectuel et le travail manuel,

– limitation et partage du temps de travail en fonction des besoins et des compétences, gratuité progressive des produits issus de l’industrie avancée et mécanisée, rémunération partagée en fonction du total de la production,

– refonte complète du système de l’éducation, formation de nouveaux enseignants selon les nouveaux besoins, mise en place d’un système de formation entièrement gratuit, refonte des programmes sur la base des enseignements réellement utiles, enseignement accru de la pratique productive ; système d’éducation local avec des horaires humaines et possibilité de se former à tout instant de la vie dans chaque domaine ; enseignement poussé dans les domaines scientifiques en repérant le plus tôt possible les individus doués en science pour faire progresser rapidement tous les domaines scientifiques.

– élévation massive du niveau culturel des citoyens afin de leur donner l’envie et la capacité de participer à toutes les questions d’Etat, à contrôler l’activité du gouvernement même en cours de mandat etc…

2. Industrialisation et transports :

– investissements massifs dans le secteur de l’industrie lourde pour conditionner le développement futur, dans le secteur de l’énergie (fusion nucléaire en particulier), de la recherche dans le domaine de la technique, entretien et sécurisation des centrales de production déjà existantes (nucléaires ou non),

– arrêt immédiat de l’obsolescence programmée sur tous les produits, obligation de la meilleure qualité technique possible pour tous les produits,

– investissements dans l’exploitation des ressources minières et dans le secteur du recyclage pour se fournir en matière première,

– investissements massifs dans les secteurs du transports, mise en chantier progressif de transports collectifs très performants et permanents, réorganisation des villes et des campagnes, réduction massive de la dépendance en pétrole en passant par exemple par les piles à hydrogène, investissements dans le transport fluvial, le secteur ferroviaire et en particulier les lignes de train à sustentation magnétique ultra-rapides,

– abandon progressif de l’usage des automobiles individuelles (voitures, camions), recyclage des véhicules (cf 2 et 3)

– dans le secteur du bâtiment, rénover les habitations les plus anciennes ou démolir celles en ruines pour reconstruire au plus vite les logements nécessaires, arrêter de construire des bureaux et des tours et détruire le surplus ou les convertir en logement.

3. Agriculture et pêche :

– arrêt progressif de l’usage d’engrais et de pesticides, interdiction de l’usage de manipulations génétiques sur les plantes ou les animaux, directement ou indirectement,

– usage d’outils moins lourds pour le travail du sol (éviter le tassement des sols)

– grands travaux d’aménagement du territoire, aménagement de bandes de forêts, etc… pour créer des barrières naturelles contre les inondations et les intempéries,

– diversification de la production, rotation des cultures et refertilisation des sols par des méthodes non-polluantes,

– mise en liaison avec les réseaux et les investissements dans les transports et la ré-organisation des villes et des campagnes, notamment en créant des espaces de production à l’intérieur des villes et en amenant des moyens de production à l’intérieur des campagnes, visant à réduire la contradiction ville / campagne,

– réintroduction de travailleurs dans la nouvelle organisation des campagnes de façon à permettre les transformations productives et la production elle-même,

– favoriser l’aquaculture et accélérer la ré-introduction d’espèces maritimes.

4. Les services :

– suppression pure et simple de la plupart des entreprises des secteurs des services : publicité, marketing, communication, commerce, vente, emplois parasitaires… pour les transférer dans les emplois productifs.

– sécurité sociale et assurance maladie effective complète et gratuite,

– déspécialisation des emplois du tertiaire peu qualifiés, système de rotation entre travailleurs pour assurer les services (entretien des rues, des bâtiments, etc…)

– la plupart des emplois du tertiaire disparaissent d’eux-mêmes par : l’augmentation du besoin de main d’oeuvre dans la production (primaire et secondaire), par la baisse de la production inutile significative et la baisse du temps de travail,

– mise en place de formations spéciales pour convertir les travailleurs improductifs ou indirectement dans le domaine du travail productif,

– suppressions des droits d’auteurs et des brevets, de la « propriété intellectuelle »,

– concernant les professions intermédiaires, la rémunération se fait par l’Etat, la pratique des professions du domaine de la santé ne peut pas être faite sans la formation nécessaire ; dans le domaine de la santé, vérification des médicaments et encadrement strict des prestations de « chirurgie » à des fins esthétiques et des médicaments controversés ; interdiction de toutes les drogues (cf lutte contre les mafias).

Bien sur ce programme n’est pas entièrement exhaustif mais décrit dans les grandes lignes un véritable programme de rupture et de transition. La plupart des points peuvent sans doute s’appliquer à la plupart des pays dit « occidentaux ». Certaines mesures à priori faibles s’expliquent par le fait que ce programme a pour vocation d’être réaliste et applicable via une prise du pouvoir dans des conditions de révolution populaire, or certaines mesures plus radicales exigent un certain développement avancé du socialisme. On a par exemple peu évoqué la question des institutions et du système politique, car il est évident que dans une période révolutionnaire, le pouvoir s’exerce par le peuple via l’état soviétique qui n’est que l’instrument de guerre du peuple contre l’ancienne classe dominante, c’est pourquoi de telles institutions n’ont aucune utilité ici mais pourraient à l’occasion être débattues en dehors de ce programme.

Rédigé par Jango

Publicités
Cet article, publié dans Actualités, Economie, Marxisme, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s